Dis comme cela, cet outil a l’air barbare… et pourtant non alors que son efficacité est redoutable.

En bon français, il se traduit par « se lancer dans l’ascenseur » là où nous serions tentés de le traduire par speech… discours ! Et franchement, c’est tout le contraire.

Il faut faire simple et court : comment se présenter, ou son entreprise, à un décisionnaire, un prospect qui a « la chance de partager avec vous » le court voyage entre deux étages dans un ascenseur… tout juste si on entend pas retentir la cloche lorsqu’on atteint le niveau supérieur en seulement 30-45 secondes (220 mots).

Par contre à y regarder de plus près, cette situation de l’ascenseur se présente bien plus que l’on ne croit.

En période de recherche d’emploi, de soirée « réseaux », comment susciter l’intérêt et faire retenir son nom si on noie l’information principale dans un flot de parole ?

Par contre, l’exercice est loin d’être facile. Il mérite que l’on s’y attarde et qu’on le pratique off line pour être infaillible.

Il faut éveiller la curiosité sans tout dévoiler.

Votre but : obtenir une carte de visite, un rendez-vous pour avoir le temps de développer votre projet, recherche de partenariat, votre vente…

Ce qu’il vaut vraiment éviter : en dire trop, voire beaucoup trop et s’y perdre, l’utilisation du « moi je », le jargon, les détails techniques, … .

Comment faire ?

  1. Choisir la structure de votre intervention.
  2. Quelle est l’information qui doit passer ? Et ce à chaque stade de la structure choisie ?
  3. L’écrire, le lire, le relire, le ré-écrire, le faire lire…
  4. Avoir des variantes, pré-adaptées.
  5. Conclure avec une vraie question qui vous donnera une vraie réponse : oui/non

Le tout avec : passion, cohérence et sincérité.

A noter, qu’un regard extérieur vous apporte l’éclairage que votre interlocuteur perçoit mais qui pour vous peut rester invisible.