Non non je ne vais pas vous faire l’apologie de cette émission cultissime de mon enfance, mais je souhaitais attirer votre attention sur une stat que j’ai lu la semaine dernière dans la revue Challenge.

J’y apprenais qu’un hacker peut trouver un mot de passe de 8 lettres écrit en minuscules en 4 jours, mais qu’il mettra 3 ans s’il contient des majuscules.

Il est grand temps pour chacun d’entre nous de revoir notre stratégie « mot de passe ».

Que celui qui n’a pas jamais mis sa date de naissance, sa ville ou alors le prénom de sa moitié en mot de passe ne se dénonce ?

Là, on a tous un travail immense à faire.

Alors que quelques petits trucs à mettre en place sont si simples, par exemple:

–          alterner une lettre sur 2 en majuscule,

–          prendre la 1ère lettre ou les 2ères lettres de chaque mot d’une phrase fétiche.

Un cas pratique pour vous donner  la solution :

« Coeffcient 2, votre business booster » vous donnerait « Co2VoBuBo ».

Gagné ! Des chiffres, des lettres avec une alternance de majuscules et minuscules.

Et encore, pour une sécurité optimum, il est fortement recommandé d’atteindre désormais les 10 caractères non signifiants (vraiment… oubliez le prénom de votre dulciné(e)).

Vous aimez jouer ?

Il vous reste une autre possibilité : la méthode phonétique. Il faut utiliser les sons de chaque syllabe pour fabriquer une phrase facile à retenir.

« J’ai acheté six dvd pour cent euros cet après-midi » deviendra « ght6DvD%E7am ».

Là c’est l’apothéose : minuscules, majuscules, chiffres et caractères spéciaux ?

Je vous laisse méditer sur cette dernière proposition.

Une dernière recommandation mais pas des moindres car là aussi on est tous coupable.

Avoir un mot de passe différent pour chaque site.

L’exercice se corse. Pour vous simplifier la tâche, ajouter le lettre qui correspond au site sur lequel vous souhaitez vous identifier.

Co2VoBuBog pour gmail

Co2VoBuBof pour fotolia….

SiCoBoNo ? Pardon, je voulais dire : simple comme bonjour non ?